MARIE COMBES

PSYCHOLOGUE - NEUROPSYCHOLOGUE

CONTACTEZ MOI

Le bilan neuropsychologique


Le bilan neuropsychologique permet

- de poser un diagnostic médical ou d'y participer

- d'expliquer un mode de fonctionnement particulier de l'enfant ou de l'adulte

- de reconnaître les points forts et les points faibles de ce fonctionnement

- d'être orienté dans la suite de la prise en charge et d'obtenir des recommandations concernant celle ci

- de déterminer la nécessite ou non de l'intervention d'autres praticiens spécialisés

- de mettre en place une rééducation adaptée si besoin

- le cas échéant, de faire reconnaître un handicap, pour pouvoir faire des demandes d'aides financières

- de justifier l'aménagement du milieu scolaire ou professionnel en cas de difficultés ou de handicap. 

Le premier entretien : 


L'entretien préliminaire (environ 1h) : il s'agit d'une première rencontre entre le patient et le neuropsychologue qui va permettre au psychologue de recueillir toutes les informations nécessaires à la suite du bilan (motif de consultation, antécédents,...) et d'orienter son bilan en fonction des difficultés éprouvées par le patient. Si la consultation concerne un enfant, ce premier entretien se déroule en présence de l'enfant accompagné de ses parents.


- Prise de contact

- Définition de la problématique

- Discussion concernant une éventuelle évaluation diagnostique

Les séances de test : 


La réalisation des tests neuropsychologiques (sous forme d'exercices) sélectionnés selon la problématique et l’âge du patient. Chez l'enfant, elle comprend généralement une évaluation de l’efficience intellectuelle globale (sauf si évaluation récente réalisée précédemment).


Les aspects psycho-dynamiques (comportement, émotions...) sont pris en compte et analysés au moyen de questionnaires, tests, entretiens et autres méthodes propres à la psychologie. La durée de l'évaluation dépend de la situation particulière de chaque patient, elle peut varier de 2 à 6 heures (par séances d'une heure ou deux).


La restitution des résultats : 


Après avoir interprété les résultats du patient (l'interprétation ne se limite pas à l'attribution d'une "note", mais implique une analyse qualitative des différents éléments mis en relation les uns avec les autres), le neuropsychologue va recevoir le patient afin de lui présenter ce qui est ressorti du bilan : Quelles sont les difficultés mises en évidences dans le bilan ? Ces difficultés coïncident-elles avec la plainte initiale du patient ? Quels sont les points forts sur lesquels le patient pourra s'appuyer pour compenser ses difficultés ? 



Attention, la restitution des résultats du bilan n'est jamais une fin en soi, elle constitue un véritable échange entre le patient (accompagné de ses parents si le patient est un enfant) et le psychologue, qui permet au patient et à sa famille de bien comprendre ce qui a été fait et quelles solutions peuvent être envisagées. 


Cet échange est primordial pour évaluer ensemble la suite de la prise en charge du patient, en psychologie ou par d'autres professionnels. 

L'évaluation permet d'expliquer les difficultés rencontrées dans la vie quotidienne, elle fournit une meilleure compréhension du comportement, des apprentissages et peut constituer une ligne de base à partir de laquelle on évalue l'évolution du patient au décours d'un traitement, de la rééducation ou du développement chez l'enfant.


De façon cruciale, elle permet d'adapter l'environnement du patient, sa prise en charge, et de l'accompagner afin qu'il exprime pleinement son potentiel, en s'appuyant notamment sur ses points forts, sur des moyens de compenser ses difficultés et de gagner en autonomie dans la vie quotidienne.  


Chez l'enfant, en fonctions des difficultés ou troubles constatés, le neuropsychologue proposera une rééducation ou orientera vers un professionnel compétent. Dans certains cas, les aménagements scolaires seront préconisés.

Il est par ailleurs important de ne pas perdre de vue la répercussion des difficultés scolaires sur le fonctionnement psycho-affectif de l’enfant et plus particulièrement sur l’image qu’il a de lui-même. Ainsi, plus le diagnostic des troubles est précoce meilleur est le pronostic d’évolution de l’enfant aussi bien sur le plan scolaire qu’émotionnel.

LES DIFFERENTS BILANS PROPOSES AU CABINET